RD Congo – Communiqué (Partie 1) : Fermeture du camp Mugunga III

PANIQUE POUR DES MILLIERS DE PERSONNES
L’annonce de la fermeture de nombreux camps de personnes déplacées internes à l’Est du Congo crée une nouvelle vague de désespoir. Le Ministère de l’Intérieur du gouvernement congolais a annoncé la fermeture définitive de 16 camps à l’Est du Congo, dans la plus grande confusion. Tout le monde est pris au dépourvu. Population des camps, communauté humanitaire, ONG locales et internationales, tout le monde est désemparé. Et tout le monde court pour trouver en une semaine de l’énergie, du courage et des fonds pour faire face au changement de situation.

20170610_082944

Vue sur une partie du camp, juin 2017.

DANS 3 JOURS LE CAMP SERA FERMÉ
Le camp de Mugunga III aux portes de Goma, dans lequel nous travaillons depuis 20 mois, sera démantelé selon des modalités encore inconnues. Même si revenir chez soi est généralement une bonne chose, la manière chaotique dont cela va se faire n’augure rien de bon.

Les camps ne sont pas des structures stables. Mugunga III est devenu, au gré des flux et reflux des mouvements de population depuis 2012, un camp de personnes vulnérables et de « déplacé-es résiduel-les ». Ce qui signifie qu’il abrite essentiellement des personnes particulièrement fragilisées par les dernières années, des personnes âgées, des adolescent-es non scolarisé-es qui ont grandi dans le camp et n’ont aucune expérience de la brousse, des femmes victimes de violences multiples.

La vie dans les camps est loin d’être une panacée. Survivre à Mugunga a été un casse-tête sans nom pour beaucoup de ses habitant-es. La fermeture des camps semble justifiée politiquement par une plus grande sécurité des milieux de retour. Mais cela n’excuse en rien la désorganisation de ces fermetures, qui représente à nouveau une violation intersectionnelle des droits culturels des personnes déplacées.

BEAUCOUP DE RUMEURS, PEU DE CERTITUDES, SI CE N’EST CELLE DE LA FERMETURE
C’est le 3 juillet semble-t-il que les messages de fermeture des 25 avril (message général) et 20 juin (calendrier de fermeture) ont été placardés. Mais personne ne les a vus… ou n’y a cru. Et le communiqué du 20 juin n’aurait été affiché que le 19 ou 20 juillet parce qu’il y aurait eu un petit retard au niveau de la hiérarchie. Le programme de fermeture sera suivi semble-t-il tel qu’affiché. Donc fermeture le 28 pour « notre camp » de Mugunga III.

Actuellement les autorités de gestion du camp gèrent les « derniers cas » de ménages non enregistrés alors qu’il semble que seuls 15 ménages soient enregistrés sur plus de 1000. Le 24 est prévu le début de la distribution des Attestations De « Retour Volontaire » mais le processus pourrait prendre jusqu’à 5-6 jours et donc se terminer après la fermeture prévue! Les kits de retour ne seraient prévus qu’en septembre. Aucun partenaire ne s’est prononcé pour le moment. Tous n’ont pu que constater, comme la population, comme nous, qu’il n’y avait rien à faire pour une meilleure organisation de ces fermetures. Impuissance.

5 dollars par tête seraient prévus pour aider pour leur transport de retour, mais est-ce que cela concerne aussi les gens qui envisagent d’aller tout proche ? « On verra »… Nous sommes informés que « vous pouvez accompagner vos « bénéficiaires » pour autant que c’est ciblé sur une catégorie de gens et que votre aide ne fait pas plus de mal que de bien (principe du Do no harm…). Sinon pas de souci, car on est dans un cas de force majeure actuellement. » Il y a de graves entorses à la procédure de fermeture d’un camp. Les gens demandent leur kit de retour sur les champs comme condition pour partir. A part cela ils se disent prêts. Comme les kits ne sont pas encore prévus, il y aura probablement des tensions…

(A suivre…)

Denis Awazi Makopa, Co-président Epiceries & Véronique Isenmann, Coordinatrice Epiceries

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *